19/11/2017

L'agriculture face à la critique

 

 

Il ne se passe pas une semaine sans que divers médias prennent pour cible l’agriculture et critiquent vertement, soit la qualité des aliments disponibles sur les étals des marchés, soit les méthodes traditionnelles ou modernes de production. Ce qui est gênant ce n’est pas la critique en elle-même, toujours bienvenue quand elle est fondée, mais c’est l’orientation qu’on lui donne.

Elle est souvent plus le reflet d’une vérité  admise comme telle que celui de la réalité du terrain.

 

 On peut également rechercher la finalité de certaines émissions et articles qui décrient certaines pratiques avec forts slogans et images bien ciblées pour finalement et fréquemment conclure par des commentaires qui précisent que malgré tout, les résultats des analyses et contrôles sont conformes à la législation suisse ?

(Dernier en date, article TDG du 19 11 sur les résidus du glyphosate)

 

 

Pourtant, jamais les aliments cultivés en Suisses n’ont été si bons et si sains !

Chaque agronome connait bien les progrès que la science et les essais pratiques ont permis de réaliser en matière de fumure, de traitement phytosanitaire, de sélection variétale et de travail des sols.

 

La qualité et l’espérance de vie de chacun d’entre nous sont incontestablement meilleures et plus longues qu’il y a 50 ans !

L’alimentation n’est pas la seule à y contribuer mais elle en est un des éléments déterminants !

 

Bien entendu il y a des ombres à tous les tableaux et l’on se doit d’en parler

(les abeilles sont indispensables à la fécondation des plantes et tous les agriculteurs le savent!)

(l'eau et la nature sont les clés de toutes productions agricoles bien comprises)

(moins il y de résidus dans les aliments mieux c'est!)

(etc)

 

 

Les professions de paysans, agriculteurs, maraîchers, arboriculteurs, et vignerons, comme tant d’autres, demandent une formation professionnelle sérieuse, faite de pratique et de théorie bien comprises afin de disposer d’un bagage solide pour produire des aliments qui répondent aux exigences du marché.

 

Les exigences du marché ce ne sont pas que les contraintes commerciales qui régissent l’aspect des produits afin de répondre aux prescriptions de qualité définies souvent par les interprofessions elles-mêmes !

Il faut aussi répondre aux exigences légales qui sont légions et qui obligent les producteurs professionnels à remplir de multiples conditions et à passer de nombreux audits et contrôles pour mériter les labels appréciés des consommateurs.

Bio Suisse, IP Suisse, Suisse garantie, les labels régionaux (ex.GRTA,) les labels des distributeurs

(DLR pour Migros, Ma Région pour Coop, Local pour Manor, etc.)

Il faut surtout connaître les espèces cultivées ; les sols qui leurs conviennent, leurs besoins nutritifs, leur environnement climatique, leur maladie et ravageurs, etc, etc

 

Comme tout évolue il faut également rester attentif aux nouvelles techniques culturales qui apportent des solutions intéressantes en matière de lutte phytosanitaires, de gestion de l’arrosage, de la nutrition des plantes ainsi que de la maitrise des coûts énergétiques et de la diminution de la pollution.

Sans oublier la diminution de la pénibilité du travail

 

 

Nourrir la population est un métier noble et sérieux !

Les agriculteurs (sens large) peuvent être fiers de leurs métiers.

Ils ne doivent pas laisser les autres parler en leurs noms.

Les critiques et les demandes d’informations sont nombreuses, c’est aux producteurs d'y répondre !

Faute d’occuper le terrain d’autres le feront…les connaissances en moins !

 

 

19:28 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |